Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juillet 2010

Entre ciel et terre c’est le voyage d’un jeune pêcheur qui cherche une raison de vivre après la mort de son meilleur ami en mer. Le roman met en lumière la rudesse de la vie sur cette île islandaise où l’on vit et meurt de la pêche.

Je ne connaissais pas Jón Kalman Stefánsson, auteur islandais né à Reykjavík en 1963, mais je ne suis pas étonnée de la beauté de son écriture puisqu’il n’est pas seulement romancier mais aussi poète ! Ces deux passages, j’espère, parleront d’eux même:

« Deux matelots s’étaient noyés, leurs corps n’avaient jamais été retrouvés et ils étaient allés rejoindre la foule des marins qui errent au fond de la mer, se plaignant entre eux de la lenteur du temps, attendant l’appel suprême que quelqu’un leur avait promis en des temps immémoriaux, attendant que Dieu les hisse vers la surface et les attrape dans son épuisette d’étoiles, qu’il les sèche de son souffle tiède et les laisse entrer à pied sec au royaume des cieux, là, il n’y a jamais de poisson aux repas, disent les noyés qui, toujours aussi optimistes, s’occupent en regardant la quille des bateaux, s’étonnent du nouveau matériel de pêche, maudissent les saloperies que l’homme laisse dans son sillage, mais parfois aussi, pleurent à cause de la vie qui leur manque, pleurent comme pleurent les noyés et voilà pourquoi la mer est salée. »

« La morue est jaune et se plaît à nager, constamment en quête d’une nouvelle pitance, peu de choses dignes d’intérêt se produisent dans son existence et une ligne qui oscille, parsemée d’appât fixés à des hameçons, est une grande nouvelle, elle est un événement important. Qu’est ce que c’est que ça ? se demandent les morues les unes aux autres, enfin quelque chose de nouveau, répond l’une avant de mordre sans hésiter, et alors les autres se précipitent pour mordre également car aucune d’elles ne veut se faire remarquer, c’est plutôt agréable d’être accrochée là, observe la première, la gueule en coin, et les autres acquiescent. Les heures passent, puis tout se met à s’agiter, on les tire, une force puissante les hisse vers le haut, plus haut, toujours plus haut vers le ciel qui, bientôt, s’ouvre, cédant alors la place à un autre monde, peuplé d’étranges poissons »


Eric Boury traduit de l’islandais au suédois et vous présente ce livre sur son blog: http://ericboury.blogspot.com/2010/02/entre-ciel-et-terre-jon-kalman_15.html

A découvrir!

Read Full Post »

Retraite en Suède

Avec  les débats  actuels autour de la retraite en France j’ai mis le nez dans le système suédois, qui n’est pas si simple à comprendre. Voici ce qui en ressort. En Suède il y a donc un régime de base (Allmän pension), une participation de l’employeur (Tjänstepensoin), et un système de retraite privé (privat pension). L’addition des trois donnera la retraite totale.

Allmän Pension
Celle-ci est composée de la retraite basée sur le revenu (inkomst pension) et la retraite par capitalisation (premiepension). Ces deux éléments  se calculent à partir du « revenu retraite de base » (pensiongrundande inkomst).
« Revenu retraite de base » = l’ensemble des revenus déclarés x93%*

*Pour financer ce système retraite on paye 7%  de son revenu déclaré en « frais » retraite, plus des taxes prélevées du salaire, et des taxes supplémentaires payées par l’employeur.

16% du « revenu retraite de base »= pension basée sur le revenu (inkomst pension)
2,5% du « revenu retraite de base » = retraite par capitalisation (premiepension)

Pension basée sur le revenu (inkomst pension) + retraite par capitalisation (premiepension) = Droits retraite totaux

A noter : les revenus sociaux permettent également de collecter des droits retraite.

En ce qui concerne Premiepension, l’argent est placé en fonds, on peut choisir le portfolio et le niveau de risque auquel on veut soustraire…

Tous les ans on fait l’addition de ses droits retraite (on obtient donc un Compte Retraite) et on touche le tout, plein pot, à 65 ans.
La Retraite de base = Compte Retraite / Moyenne d’espérance de vie à l’âge de la retraite (on croise les doigts pour mourir dans les temps !)

Tjänstepension
Cette part est financée par l’employeur qui paye une partie de la retraite. Cette argent est également placé en fonds (ITP), on a évidemment un droit de regard sur le portfolio et le niveau de risque.

Privat pension
On épargne de façon privée pour sa retraite avec des comptes spéciaux en banque, l’argent est également placé en fonds.

Voilà ce que j’ai pu comprendre sur le système de retraite en Suède grâce à mes discussions et lectures. Commentaires, informations et précisions sont les bienvenus pour une meilleure compréhension.

Read Full Post »

J’ai trouvé un bon article dans métro la semaine dernière (écrit par Moa Kärnstrand)  je me suis dis que ça valait le coup de le conserver et de le partager. La Suède en été c’est magique, on profite du soleil qui ne veut pas se coucher, en pleine ville on peut choisir d’aller à la plage et les pique-niques fleurissent de partout. Pique-niquer à Göteborg justement c’est le sujet de l’article en question. Pas aussi facile qu’on le croit ! J’emmène mon barbec, mon chien, mes bières ? Pas partout ! Petit Récap :

Les Parcs à Göteborg :

  • Skottskogen : Alcool : oui, barbecue : oui,  le toutou : pas partout (voir signalétique)
  • Kungsparken : Alcool : non, barbecue : oui, chien : oui
  • Skansen Kronan : Alcool : non, barbecue : oui,  chien : oui
  • Vasaparken : Alcool : non, barbecue : oui, chien : oui
  • Keillers park (Ramberget) : Alcool : pas partout (voir signalétique), barbecue : oui,  chien : oui
  • Näckrosdammen : Alcool : non, barbecue : oui, chien : oui
  • Botaniska : Alcool : oui, barbecue : non, chien : non

Les plages à Göteborg:

  • Näsetbadet : Alcool : oui, barbecue : oui,  chien : non
  • Askimsbadet : Alcool : oui, barbecue : oui, chien : non
  • Delsjöbadet : Alcool : oui, barbecue : oui, chien : oui
  • Härlandan tjärn : Alcool : oui, barbecue : oui, chien : non
  • Saltholmen : Alcool : oui, barbecue : oui, chien : oui
  • Hamnen och inloppet : Baignade interdite ici, tyvärr!

A noter pour les barbecues, il est toujours interdit de poser son barbecue directement sur l’herbe, c’est dangereux!

Read Full Post »

Trois semaines de boulot dans l’entreprise suédoise que je viens juste de rejoindre, je suis ravie et j’ai déjà plein de choses à dire ! Notamment sur le rythme et les conditions de travail que j’adore. Cette fois c’est confirmé les suédois sont des lève-tôt et ils n’aiment pas s’éterniser au travail en fin de journée. J’ai assisté notamment à une discussion très intéressante entre mes collègues Luis et Håkan alors que je les questionnais sur leurs horaires. Luis : « moi je suis là de bonne heure, 6h45 environ et je finis donc vers 15h15, je préfère ce rythme », Håkan : « moi je ne suis pas trop du matin tu vois je préfère commencer vers 8h/8h15 et je termine vers 16h45 ». Luis ajoute « oui il y a ces deux rythmes dans l’entreprise ceux qui commencent tôt et ceux qui travaillent plus longtemps l’aprèm ». Sur ce je reste songeuse… Il me semble bien que la catégorie « Lève-tôt » en France (pour les employés de bureaux) se serait ceux qui comme Håkan commencent vers 8h00. Donc moi, française en transition, j’avais décidé de commencer à 8h00 ! Mais la situation en réalité a bien vite changé. Et oui car en arrivant à 8h00 j’ai très vite eu l’impression d’arriver après la bataille ! Ca fourmillait de partout dans le bureau, les gens étaient déjà 100% impliqués dans leurs tâches, et j’avais vraiment le sentiment « d’être en retard » ! Donc aujourd’hui j’arrive à 7h30. En fait ce nouvel horaire se cale même mieux avec les pauses de l’équipe (c’est toujours sympa d’être en pause en même temps que son équipe).
9h00 – pause-café et petit sandwich (on mange salé le matin en suède, ça tient mieux au corps).
Entre 11h00 et 12h30 – déjeuner (ben oui en commençant à 6h45 on a faim plus tôt). Déjeuner léger, sans dessert ni entrée (à la suédoise !), le petit sandwich du matin évite d’arriver affamé au déjeuner ! Bon je dois dire que le déjeuner à 11h00 c’est là où je bloque le plus, j’ai toujours tendance à arriver vers 12h30 à la cantine, comme une extra-terrestre…
14h00 – pause-café
Et donc entre 15h00 et 17h00 le bureau se vide peu à peu…
Ce rythme me plaît beaucoup en fait, je me sens moins fatiguée, moins affamée et plus motivée dans ma journée de travail.
Et voilà le clou est enfoncé ! Désolé si je fais encore des jaloux mais c’est la réalité de la vie/culture suédoise.

Read Full Post »